BUSTANY Pierre

    Pierre BUSTANY (né en 1955 à Paris) est neurophysiologiste et médecin neuropharmacologue, spécialiste de psychophysiologie.

    Pierre Bustany est professeur de Médecine au CHU de Caen en neuropharmacologie. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, Docteur-es-sciences en neurophysiologie et médecin, il a fait sa thèse-es-science en neuroimagerie cérébrale au C.E.A. ou il a créé une méthode de mesure de la synthèse des protéines neuronales notamment dans des grandes pathologies comme la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la schizophrénie et les tumeurs cérébrales comme les gliomes. C’est aussi un spécialiste des relations entre bases neuronales et activités cognitives, reliant réseaux d’activation cérébraux et productions psychiques. Ce champ des neurosciences, dont il a suivi toute l’histoire depuis de nombreuses années, a entièrement bouleversé notre conception de la conscience humaine, de notre libre arbitre et de notre affectivité. Il est particulièrement concerné par l’imagerie des systèmes de neurones-miroirs, le stress et les troubles relationnels, le choc amoureux, les traumatismes psychiques en particulier dans la petite enfance. Il concentre son activité sur les modifications plus ou moins définitives au cours du développement entre fonctionnement cérébral et cognition lors du stress traumatique et cherche à cerner les causes de la résilience. Il a été pendant 8 ans et jusqu’à sa clôture en 2016, un membre très actif de l’originale équipe de réflexion et de recherche « Attachement, Résilience et Culture » qui réunit autour de Boris CYRULNIK quelques-uns des plus grands spécialistes internationaux de la psychiatrie, de la psychologie, de la philosophie, de l’éthologie, de la génétique et des neurosciences. Ce groupe vise à identifier grâce aux techniques les plus modernes de chaque spécialité les liens entre neurone et pensée dans l’ouverture d’esprit la plus large entre science et philosophie. Membre de plusieurs sociétés savantes, le Professeur BUSTANY est l’auteur de plus de 150 conférences sur ce sujet et, convaincu de la preuve par l’image, propose d’illustrer abondamment dans ses interlocutions autour du stress, les nouveautés surprenantes de la neurobiologie du cerveau adulte et au cours du développement de l’enfant, allant de la période in-utero jusqu’à l’effet sur la descendance connu depuis peu grâce à l’épigénétique.